20071007

Les fleurs, c'est tellement plus présentable

Les fleurs sont-elles toujours plus présentables?
Quand des rapports tel que celui de 2005 de ILRF et d'ONG équatoriennes nous disent que 55% des femmes qui travaillent dans les entreprises de production de fleurs en Équateur (producteur mondial de roses très important) ont été victimes d'une forme de harcèlement sexuel, que d'autres voient leurs nouveaux-nés handicapés en raison de la très grande utilisation de pesticides, que l'Organisation Internationale du Travail (OIT) estime que 20% des 60,000 des travailleurs dans le secteur équatorien de production de fleurs sont des enfants (source)...

Quand on sait que la production industrielle de fleurs est energivore ô que possible: entre les lampes utilisées pour chauffer les serres, les engrais chimiques, toute la chaîne frigorifiée et le transport aérien…on ne sait même plus d’où viennent les fleurs (Équateur, Pays-Bas, Australie, etc.). Mais une chose est quasi-sûre : elles transitent par la Hollande, la plate-forme mondiale des fleurs et repartent pour là où elles seront vendues à l’acheteur final. Elles peuvent faire des centaines de km en avion et camion...

Avec la flambée du prix du pétrole, les fleurs sont devenues chères car toute la filière est très dépendante de cette énergie. Le tout est devenu un non-sens.

Mais on revoit apparaître des petits agriculteurs sur les marchés qui vendent des fleurs coupées comme petit complément financier. Elles sont moins parfaites en apparence, mais leur simplicité et leur générosité sont beaucoup plus belles, non ?

NB: Le bouquet dans la photo m'a coûté 2€, a été produit localement sans herbicide ni pesticide chimique... Qui dit mieux!?

Aucun commentaire: