20091213

Impressions de la manif à Copenhague

Témoignage sur place de Gaëlle, Grégory et Béatrice de France Nature Environnement.

"Alors que les choses tardent à se concrétiser dans les salles de négociation du Bella Center, plus de 30 000 militants de tous pays ont marché le 12 décembre sur Copenhague et ont pris la direction du Bella Center sous un soleil glacé pour réclamer des actes concrets et une justice climatique. Nous y étions.


Le début d’après-midi s’annonce ensoleillé mais une fois dehors, la température douche notre ferveur. Peu importe, nous sortons de notre paquebot et nous dirigeons d’un bon pas vers le lieu de rendez-vous. Sur le chemin, les rues de Copenhague ressemblent à ce qu’elles sont en temps normal : vides. En arrivant sur la place du Parlement où tout le monde est déjà, ce n’est plus la même ambiance et on peut voir s’étaler la puissance de feu des 500 ONG, organisations citoyennes et syndicats devant nous. Fanfares, danseurs, jongleurs, chorégraphes, hordes de militants bariolés appelant à « plus de justice climatique », clamant qu’ « il n’y a pas de planète B », et qu’il faut « changer la politique, pas le climat » se mêlent dans une profusion de goodies, pancartes, personnages géants gonflés a l’hélium, enceintes crachant slogans et musiques du monde dans un chaos organisé du plus bel effet.

On ne tarde pas à s’engager vers le boulevard central qui mène au sud de la ville. Une marée humaine se déverse lentement mais bruyamment sous les yeux incrédules des habitants qui filment et prennent des photos depuis les immeubles environnants.

Ce qui nous impressionne, c’est la ferveur, la volonté des militants, qui dans la diversité d’origine, d’âge et de genre, lancent les mêmes slogans et invectives contre le manque d’engagement de nos leaders politiques. Autour des nous, des punks, des mères de familles, des équipes de jeunes vêtus de jaune du réseau Justice climatique, des Guaranis du Brésil, des végétaliens extrémistes pullulent autour des mégastructures des grandes ONG internationales.

Des bulles de savon par milliers s’envolent tout autour de nous et un orchestre roumain joue pour la foule en face d’un restaurant Mac Donald bouclé par un cordon de policiers anti-émeute.
Les chants, cris et slogans repris sans cesse couvre le bruit des hélicoptères qui survolent le défilé. Une femme nous apostrophe en se réjouissant de tomber sur des compatriotes, une manifestante iranienne nous tend un tract réclamant une mobilisation internationale pour son pays avant de se faire bousculer par une soucoupe-volante géante en latex. Un père Noël entame une chansonnette qui restera dans notre tête jusqu’au soir.

La présence policière se fait de plus en plus intense au fur et à mesure qu’on approche du centre de conférence. Le cortège arrive enfin à cinq cent mètres du Bella Center, face à une scène où un concert attendra tous les participants à la plus grande mobilisation citoyenne internationale jamais vue sur le changement climatique. Les peuples du monde ont parlé en marchant. La balle est décidément dans le camp des chefs d’Etat qui se doivent de répondre a cet appel".

Merci à eux de relayer de l'information tous les jours.
Et merci aussi à l'équipe Ecolo Info qui fait de même: par ici et ici.

Aucun commentaire: